Académie du vin

Dégustation du 18 septembre 2019

« Trouvez l’intrus – Tome II »

organisée par Louis Grignon


Pour la deuxième année consécutive, Louis nous propose de participer à un jeu qu’il apprécie particulièrement et qui consiste à identifier l’intrus parmi trois ou quatre vins assez semblables. L’an passé, l’exercice s’est avéré beaucoup plus difficile que ce à quoi s’attendaient les participants, avec un maigre 18 % comme taux de réussite.

Pour cette deuxième édition, la seule information connue des dégustateurs était que les critères différenciant l’intrus dans chaque volée pouvaient être le cépage, le pays/région, ou les deux ensembles. Dix vins ont été servis, en double aveugle, répartis en trois volées; il y avait donc trois intrus, ce qui donnait aux participants un objectif minimum de 30 % de réussite dans l’identification des intrus.


La première volée est sur le thème du pinot noir :

Pinot Noir GG Löchle 2012, Weingut Burg Ravensburg
Ce vin est un Großes Gewächs, issu du Grand Cru Löchle (Große Lage de VDP). Il est clairet et légèrement tuilé. L’intensité aromatique est moyenne et le caractère peu déterminé, fruité (cerise), terreux, assez tertiaire (pour un 2012), avec un peu de vanille. En bouche, il est plutôt délicat, presque mince, bien vif, peu tannique, assez évolué, avec des fruits confits et du chocolat et l’équilibre est assez bon. La finale est torréfiée, un peu pointue et très longue. Ce vin avait beaucoup impressionné lors d’un atelier sur les vins allemands animé par Philippe Muller, en octobre 2017.

Pinot Noir 2014, Le Vignoble du Ruisseau
C’est un vin de Dunham, dans les Cantons-de-l’Est. Plus pâle et plus orangé, il est également plus limpide, brillant. Le nez est intense, grillé, plus fruité (cerise), avec une note fumée. La bouche n’est pas grosse non plus, il est fruité (un peu bonbon) et il semble un peu plus avancé, avec une note animale et une pointe d’oxydation; l’équilibre est acceptable (certains l’on trouvé plat). La fin de bouche est juteuse et un peu rêche.

Gravity Pinot Noir 2013 (VQA Twenty Mile Bench), Flat Rock Cellars
Un vin du Niagara en Ontario. Il est également assez tuilé. Il est très aromatique, terreux, fruité (cerise), épicé (poivre), avec une note fermentaire qui n’a pas plu à tous. Il a du corps, de l’ampleur, est plus tannique, plus jeune, avec du fruit, de la chaleur et on retrouve les mêmes arômes fermentaires et caoutchouteux qu’au nez. La finale est astringente, torréfiée (chocolat noir) et assez longue.

Trois pinots noirs, un allemand et deux canadiens; c’est donc ce premier qui est l’intrus. Tous ont reconnu le pinot noir comme thème, mais seulement 23 % des participants ont correctement identifié l’intrus. Les deux tiers ont choisi le vin québécois, à cause de sa couleur et de son style aromatique.


Deuxième volée : On s’en va à Bordeaux, avec un intrus surprenant, un Ribera del Duero. La volée la plus appréciée des trois.

Château Montrose 2003 (AOC Saint-Estèphe), J.-L. Charmolüe
C’est un 2e Grand Cru Classé. Il est grenat foncé et limpide. Le nez est bien ouvert, fruité (fruits rouges, cassis), avec une note de bois grillé, un style bien bordelais. En bouche, l’attaque est soutenue, il est corsé, bien tannique et fruité (fruits cuits), avec de la vanille; il est assez jeune et très bien équilibré. En fin de bouche c’est l’astringence et les fruits cuits qui persistent. C’est le deuxième vin le plus apprécié de la soirée, malgré son millésime difficile (canicule de 2003), ex aequo avec le Pontet-Canet.

Tinto Pesquera Reserva 2005 (DO Ribera del Duero), Bodegas Alejandro Fernández Tinto Pesquera
Un Ribera del Duero fait exclusivement de tempranillo, qui tenait très bien sa place parmi trois bordeaux. Il est rubis très foncé, moyennement aromatique, torréfié, épicé, avec du bois vanillé (mais rien à voir avec ce qu’offre habituellement Pesquera), de l’eucalyptus (surprenant) et l’on sent l’alcool. La bouche est ronde, bien fruitée (fruits noirs, confiture, pruneaux, un peu bonbon), épicée, chocolatée, avec des tannins assez soyeux, le tout bien équilibré. Ça finit sur les fruits cuits et une belle astringence. Presque tous l’ont pointé comme intrus, mais peu l’ont reconnu.

Château Pontet-Canet 2000 (AOC Pauillac), G. et A. Tesseron
5e Grand Cru Classé et autre deuxième vin le plus apprécié, avec le Montrose, il est rubis brillant, presque opaque. Le nez, de style bordeaux classique, est intense, fruité (cassis), épicé, torréfié (café), avec du cuir et une note végétale. L’attaque est souple; il n’est pas très corsé, mais bien rond, avec des tannins fins et un parfait équilibre. La finale est juteuse, un peu astringente, végétale, fumée, assez tertiaire et de bonne longueur. Un vin superbe!

Château Léoville Barton 2003 (AOC Saint-Julien)
Un autre 2e Grand Cru Classé du millésime 2003 caniculaire. Il est grenat très foncé et le nez est intense, bien boisé, très torréfié (café noir), avec des fruits noirs et de l’encre. La bouche est bien ronde et fruitée (fruits noirs), avec une belle acidité et une note minérale (graphite) et les tannins arrivent, bien marqués, mais sans empêche un très bon équilibre. La fin de bouche est astringente, fruitée (fruits cuits), avec un peu de menthol. Un vin encore très jeune, avec beaucoup de potentiel.

Encore une fois, tous les participants ont bien reconnu Bordeaux comme thème de la volée mais, cette fois, la grande majorité (69 %) a correctement identifié le Pesquera comme étant l’intrus. Ceux qui se sont trompés ont tous cru que c’était le Pontet-Canet, à cause de sa grande souplesse et de son caractère plus végétal que les trois autres.


Le thème de la troisième volée est le nebbiolo. Comme pour la première volée, trois vins pâlots et tuilés.

Barolo Cascina Dardi - Bussia Riserva 2004 (DOCG Barolo), Alessandro e Gian Natale Fantino
Le nez est bien ouvert, fruité, alcooleux et d’abord légèrement soufré. L’attaque est serrée, le vin est gras, rond, torréfié, avec une belle acidité, un début d’oxydation, des fruits confits (note brûlée), du noyau de cerise, des épices et un bon équilibre de jeunesse. La finale est très sèche, astringente, un peu rêche même et la persistance aromatique est très bonne.

Barolo Ciabot Tanasio 2009 (DOCG Barolo), Sobrero
Il est brillant, un peu plus pâle et plus tuilé que le précédent. Aromatiquement , il est intense, torréfié (chocolat au lait), fruité (fruits rouges), floral et un peu épicé. L’attaque est soyeuse, le vin est vif et bien fruité; il est plus élégant, moins concentré, la structure plus fine et l’astringence plus discrète et il n’est pas très nebbiolo de style; ceux qui l’ont pris pour l’intrus ont cru avoir affaire à un nerello de l’Etna. C’est le vin le plus apprécié de la soirée, à un vote près de l’unanimité.

Grande Reserve Naoussa 2008 (AOP Naoussa), Boutari
Un vin grec, fait de xinomavro. Encore plus rouge et tuilé que les deux autres, il est aussi intense aromatiquement et, avec une note marquée de tabac, fait très nebbiolo. Il est gras, rond, corsé, torréfié (chocolat), astringent, assez bien équilibré et finit sur l’astringence et une note terreuse.

Cette volée a été la plus déroutante (mais pas la pire) quant à l’identification de l’intrus; les choix ont été répartis à peu près un tiers, un tiers, un tiers pour chaque vin. Le taux de réussite est donc de 31 %.


Avec un taux de réussite final de 41 %, on peut certainement oublier la déroute de l’année dernière. L’exercice, qu’on croirait assez facile (pensez : identifier un Pesquera parmi trois bordeaux!), n’est pas si évident, surtout lorsque l’âge (des vins, pas des dégustateurs) s’en mêle.

Finalement, le jeu est bien amusant, mais il demeure un prétexte à Louis pour nous gâter en puisant généreusement dans sa cave pour en sortir dix vins très intéressants, dont certains classiques assez prêts à boire.

Alain Brault