Académie du vin

Dégustation du 15 mai 2019

« Les terroirs d’Alsace »

organisée par Marc St-Onge et Cédric Lemaître


De retour d’un voyage autour de Colmar, en Alsace, Cédric et Marc nous ont invités à « parcour[ir] la route des vins d'Alsace dans cette dégustation aux allures de visite guidée qui vous fera découvrir l'incroyable mosaïque des terroirs alsaciens ».

Après une courte présentation de cette région vinicole française, de son climat, de l’orientation et de l’exposition de ses parcelles et de l’AOC Alsace Grand Cru, ils nous ont servi douze vins issus de trois des cépages « nobles » d’Alsace, de neuf millésimes s’étalant de 2015 à 1989, de sept producteurs, de six grands crus, en plus de quelque vins d’appellation Alsace simple.

À quelques exceptions près, tous les vins ont été rapportés d’Alsace par Cédric et Marc et ils ont tous été servis en double aveugle.


La dégustation a débuté avec un vin très original : un assemblage de pinot gris et de gewurztraminer (30 %), l’Alsace Grand Cru Schoenenboug 2010 du Domaine Marc Tempé. D’un jaune doré riche et brillant, ce vin montre une belle évolution. Il est très aromatique, légèrement rancio, bien fruité (fruits exotiques, compote de pommes) et d’une belle complexité, avec le gewurztraminer bien reconnaissable, une note minérale et de la cire. En bouche, il est gras, très sec (6 g/l de sucre résiduel), très fruité, avec des amandes grillées, une légère amertume, un rancio plus prononcé qu’au nez et un bon équilibre. La finale est fruitée, très fraîche, légèrement oxydative et assez persistante. C’est le troisième vin le plus apprécié de la soirée, avec le VT de Bott-Geyl.


La première volée, intitulée « La pureté », comprenait quatre rieslings : le Riesling Grand Cru Sommerberg 2012 de Paul Blank, le Riesling Grand Cru Wineck-Schlossberg 2007 du Domaine Meyer-Fonné, le Riesling « Cuvée Frédéric Émile » 2008 du Domaine Trimbach et le Riesling « Cuvée Sainte-Catherine » 2004, Clos des Capucins du Domaine Weinbach.

Le Sommerberg 2012 est pâle et assez discret et peu précis au nez; on y détecte du fruit et des épices. En bouche cependant, le riesling est évident; le vin est bien sec, gras, minéral, très fruité (pêche), avec une note saline, une légère chaleur (13 %/vol) et l’équilibre est bon. La fin de bouche est fruitée (agrumes), un peu sucrée, avec une légère amertume et elle est très longue. Un vin très fin.

D’un millésime exceptionnel, le Wineck-Schlossberg 2007 est un peu plus foncé. Il est très ouvert, avec un premier nez herbacé qui s’estompe; il est minéral (pétrole, pierre à fusil) et bien fruité (fruits exotiques, coing), avec du miel. À peine moins gras que le précédent, il est plus droit, très sec, assez fruité en bouche, avec une très belle fraîcheur et un super équilibre. Il finit sur le fruit, la minéralité et fait bien saliver.

Le Frédéric Émile 2008, étant issu de deux grands crus, Geisberg et Osterberg, n’a pas droit à la DOC Alsace Grand Cru. Il est plus pâle, avec des reflets verdâtres. Il est assez expressif, pétrolé, herbacé, floral et fruité (agrumes), avec une curieuse note d’oignon frit. Il est beaucoup plus austère que les précédents, avec une attaque très vive, presque tranchante; il est vraiment très sec, pas très gras, avec des fruits blancs et de la minéralité. La finale est un peu verte et légèrement amère. Un 2008 qui, de toute évidence, a encore besoin de nombreuses années de cave.

Un autre grand vin d’appellation Alsace simple, le riesling Cuvée Sainte-Catherine 2004 est jaune doré, comme les deux premiers et très brillant. Le nez est d’intensité moyenne, bien fruité, à peine minéral, le pétrole étant couvert par le fruit et un léger botrytis. La texture est moyennement corsée et le cépage s’exprime mieux en bouche, avec du fruit, une très belle acidité et une légère évolution. Un vin très fin qui se prolonge assez longtemps sur le fruit (abricot), le miel et une certaine amertume.


Pour la deuxième volée, ce sera « l’exubérance », illustrée par quatre gewurztraminers : le Gewurztraminer Grand Cru Wineck-Schlossberg 2015 du Domaine Meyer-Fonné, le Gewurztraminer Grand Cru Mambourg 2012 du Domaine Paul Blank, le Gewurztraminer Grand Cru Furstentum Vieilles Vignes 2012 de Paul Blank également et le Gewurztraminer Grand Cru Schoenenbourg Vieilles Vignes 2005 de Marc Tempé.

Le Wineck-Schlossberg 2015 est jaune doré d’intensité moyenne. Il est très aromatique, bien fruité (litchi) et très floral, avec un arôme d’eau de rose prononcé qui lui donne un petit air « poupoune ». En bouche, l’attaque est fruitée, la texture très belle, grasse, le vin plutôt sec, très épicé, avec une belle acidité, une certaine chaleur (13,7 %/vol) et un équilibre irréprochable. La fin de bouche est sucrée (49 g/l), très florale et bien persistante.

La robe du Mambourg 2012 est identique, mais le vin est plus discret; il est fruité, floral, épicé (cannelle), très gewurztraminer. Il est gras en bouche, un peu plus sucré, mais quand même bien équilibré, avec une agréable note de caramel. La finale est juteuse, à peine amère, très aromatique et interminable.

L’autre gewurztraminer de Paul Blank, le Furstentum 2012, est jaune paille avec de légers reflets verdâtres. Assez discret au nez, il est bien fruité (litchi, orange), plus épicé (cannelle, poivre), avec une note de miel. Le corps est moyen, la bouche bien fruitée, avec de la glycérine, un léger sucre résiduel, une curieuse note végétale (concombre) et un équilibre irréprochable. La fin de bouche est fruitée et épicée, mais un peu courte.

Enfin, le Schoenenbourg 2005 est doré beaucoup plus foncé, plus évolué et contient des cristaux de tartre. Il est moyennement aromatique, très épicé, fruité (fruits séchés, zeste d’orange), avec une note caramel et pas mal de botrytis. La bouche est grasse, très sucrée, presque vendange tardive (72 g/l) et minérale, avec l’acidité qu’il faut pour un super équilibre. La finale de sucre brûlé est légèrement amère et interminable. Le vin de la soirée, à l’unanimité!


« La richesse » est le titre de la dernière volée, composée de trois pinots gris en vendanges tardives : le Pinot Gris Grand Cru Sonnenglanz Vendanges Tardives 2010 de Bott-Geyl, le Pinot Gris Altenbourg Vendanges Tardives 2009 de Paul Blank et le Pinot Gris Vendanges Tardives 1989 du Domaine Hugel.

Troisième meilleur vin, avec le vin d’assemblage de Marc Tempé servi en ouverture, le Sonnenglanz 2010 est d’un beau doré brillant. Le nez est assez ouvert, fruité, un peu botrytisé, épicé (poivre blanc), avec une note fumée et du miel. Il est bien sucré en bouche (70 g/l), fruité (fruits tropicaux), avec du caramel, une belle acidité et un très bon équilibre. La finale est grillée, légèrement botrytisée et très, très longue.

De même couleur et vraiment scintillant, l’Altenberg 2009 - un lieu-dit autorisé mais non classé en Grand Cru – est bien ouvert, très, très fruité (poire), avec de la cire d’abeille et une note passerillée, sans être botrytisé. Le vin est très gras, très sucré mais bien équilibré, crémeux, avec du zeste d’agrumes, des épices et une belle complexité. Ça finit sur le caramel, le sucre d’orge et la persistance est incroyable!

Finalement, d’un millésime exceptionnel en Alsace, le Pinot Gris 1989 de Hugel est plus foncé, ouvert au nez, un peu moins précis, avec des fruits tropicaux compotés, du foin, une note fumée marquée, des épices sucrées, du botrytis et du miel. La bouche est ample, huileuse, très, très sucrée, avec des fruits confits, du caramel brûlé et un très bon équilibre. La finale, tout en sucre brûlé est également interminable. Un très grand vin qui s’est classé bon deuxième, tout juste derrière le gewurztraminer 2005 de Marc Tempé.


Pour chaque vin servi, Cédric nous a présenté, diaporama à l’appui, le vin, le domaine et le vigneron l’ayant produit et, le cas échéant, le grand cru d'où il est issu. Une dégustation très instructive qui, en plus de nous faire découvrir quelques producteurs inconnus chez nos chers monopoles, nous a permis d’apprécier différents styles de vins, différents millésimes et différents degrés de maturité.

Ça donne le goût d’aller approfondir le tout sur place.


Alain Brault
Académie du vin de l'Outaouais